ENTREPRISE DE DÉSINSECTISATION

Notre réseau de techniciens est expert en désinsectisation chez les professionnels comme les particuliers. Devis gratuit et intervention rapide.

NOUS CONTACTER

Qu’est-ce qu’un phlébotome ?

Également connu sous le nom Phlebotominae, c’est un petit insecte, de l’ordre des diptères du grec (di= 2 et ptéron=aile) comprenant plus de 150 000 espèces représenté essentiellement par les mouches, les syrphes, les moustiques, les taons et les moucherons et de la famille des psychodidae (petites mouches de 1 à 5 mm). Cet insecte est de très petite taille, ce qui accentue la difficulté de l’étudier et de trouver ses larves.

Qu’est-ce qu’un phlébotome ?

Le phlébotome est un insecte hématophage (du grec hémato = sang et phage = manger). Autrement dit, le repas sanguin est vital pour la survie de l’insecte. A noter que seule la femelle pique. Le phlébotome, comme de nombreux insectes à la capacité d'entrer en diapause : cet état correspond à la mise en arrêt temporaire de l'activité ou du développement de l’insecte. En général, cette phase intervient en hiver ou en période particulièrement sèche, mais également dans le cadre d’un déficit alimentaire.

L’aspect du phlébotome

De couleur pâle, sa morphologie est très proche des moustiques :

  • il a de longues ailes velues et fines dont les nervures convergent vers le thorax,
  • les ailes au repos sont perpendiculaires au corps,
  • les pattes sont fines et très longues,
  • Il est doté de cornes respiratoires.

Où trouver le phlébotome ?

L’insecte est très présent dans le bassin méditéranéen et en Afrique du Nord, dans les zones tropicales, en Amérique du Sud et en Asie.

En France, on le retrouve principalement dans le bassin méditéranéen, dans les régions sèches et rocailleuses. Il niche très volontiers dans les murs de pierres des maisons.

On trouve l’insecte dans notre environnement, étant hématophage il doit se nourrir de sang pour survivre. Il niche dans les lieux obscures comme par exemple :

  • des cavernes,
  • des grottes,
  • à l’entrée des nids des animaux,
  • les porcheries,
  • les écuries,
  • les étables,
  • les poulaillers,
  • les clapiers.

Le cycle de vie du phlébotome

Les larves du phlébotome sont fréquemment enterrées dans des détritus organiques. Le développement de l’oeuf au stade adulte se déroule sur une période de 4 à 6 semaines en 4 stades :

  1. les oeufs : 7 jours
  2. les larves : 2 à 3 semaines
  3. la nymphe : 1 à 2 semaines
  4. l’adulte

Les œufs sont donc déposés dans des surfaces humides et très riches en détritus. Les larves évoluent dans des sols riches en matières organiques composés d’organismes vivants, de végétaux en décomposition, de résidus d'animaux. Notons également que la matière fécale de rongeurs notamment, est importante pour le développement de la larve. Malgré la forme très ressemblante au moustique, le phlébotome ne pond pas dans l’eau ou les surfaces d'eau stagnantes.

La piqûre du phlébotome

Le phlébotome femelle pique de préférence entre le coucher et le lever du soleil car elle se repose et se protège le jour dans des lieux frais et humides. La femelle est active de juin à septembre ou de mars à novembre en fonction des conditions climatiques, avec une forte activité dans le sud de la France. La piqûre sur l’homme se manifeste par des papules cutanés (des lésions) de 2 à 3 mm.

La femelle du phlébotome pique les animaux à sang chaud mais également les animaux à sang froid comme les lézards.

Quels sont les dangers de la piqûre du phlébotome ?

Le phlébotome se contamine en se nourrissant sur des animaux ou humains atteints de leishmaniose et sera à son tour vecteur de cette maladie. Ce parasite reste actif dans le corps de l’insecte et sera inoculé au prochain individu piqué.

En Europe, le Phlebotomus a un rôle important dans la transmission de la maladie du genre Leishmania (la leishmaniose est une parasite microscopique des mammifères qui est transmis lors de la piqûre de cet insecte sur un animal ou sur l’homme). Cette maladie peu connue peut être mortelle si elle n’est pas traitée rapidement.

En Europe, le parasite à l’origine de la leishmaniose est le “Leishmania infantum”, notre animal de compagnie le chien est le plus touché.

A ce jour, trois formes de leishmanioses sont répertoriées :

  1. la leishmaniose cutanée ou bouton d’orient,
  2. la leishmaniose cutanéo-muqueuse,
  3. la leishmaniose viscérale ou Kala-azar (la forme la plus sévère et mortelle si elle n’est pas traitée rapidement).
Quels sont les symptômes de la leishmaniose ?

Ces derniers n’apparaissent pas forcément immédiatement après la piqûre.

Chez l’humain les premiers signes peuvent être très longs à apparaître ( leishmaniose cutanée type urbaine).

Les signes caractéristiques d’une infection chez le chien sont les suivants :

  • fièvre,
  • perte de poids,
  • saignement du museau,
  • griffes exceptionnellement longues,
  • arthrite sévère provoquant des boitements,
  • insuffisance rénale importante,
  • forte anémie due aux organes internes touchés (foie, rate et ganglions gonflés)
  • amaigrissement important.

En cas de doute, il existe des tests de dépistage chez votre vétérinaire.

Quelle prévention dans la lutte contre la leishmaniose ?

En terme de prévention, il est possible de faire vacciner le chien dès l’âge de 6 mois. Pour préserver la santé de votre animal domestique, il est important de penser au traitement préventif contre cet insecte hématophage. Vous pouvez utiliser des antiparasitaires sous la forme de colliers traditionnels pour chiens traités à base de deltaméthrine, qui est insecticide avec une action cible sur les acariens notamment.

Vous devez également être particulièrement vigilant pendant la période critique qui s’étend de mars à novembre dans le sud de la France. En prenant soin, par exemple, de ne pas laisser votre chien à l’extérieur de la maison à la tombée de la nuit en période fatidique.

Pour l’homme, le traditionnel répulsif anti-moustiques pulvérisé sur les vêtements ou directement sur la peau est une solution. Il est judicieux d’installer des moustiquaires avec du maillage fin sur vos fenêtres et portes fenêtres.

De la même manière, afin d’éviter toute infection, il est nécessaire de gérer et de contrôler l’environnement immédiat et d’éviter toute prolifération du phlébotome.

Faire des tests parasitologiques et diagnostiquer au plus tôt la maladie, évitent bien évidemment la dégradation de l’état général du patient infecté. Le traitement chez l’homme se fait par injection ou par administration orale de médicaments antiparasitaires, et ce, sur plusieurs semaines.

En savoir plus