ENTREPRISE DE DÉSINSECTISATION

Notre réseau de techniciens est expert en désinsectisation chez les professionnels comme les particuliers. Devis gratuit et intervention rapide.

NOUS CONTACTER

Comprendre les phéromones chez les insectes et s'en servir pour la désinsectisation

Qu’est-ce qu’une phéromone ? Quelle est son utilité ? Quel est son rôle ? Comment pouvons-nous en tirer profit dans la lutte contre les insectes nuisibles dans notre environnement ?

Qu’est-ce qu’une phéromone ?

C’est une substance chimique ou un mélange de substances chimiques que l’on peut comparer à une hormone, sécrétée chez la plupart des animaux et certains végétaux. Les phéromones sont secrétées par des glandes exocrines (production de substances liquides qui humidifient et protègent les tissus). Les phéromones sont destinées à être expulsées vers l’extérieur. Elles sont produites en infime quantité et agissent à distance, elles peuvent être interceptées à plusieurs kilomètres dans certains cas.

Le principe de la molécule ou de la substance chimique est d'agir comme un message ou un signal envoyé entre les individus de la même espèce. On parle alors de communication intraspécifique. Ces phéromones secrétées par un organisme vivant (émetteur) vont provoquer des réactions comportementales ou physiologiques spécifiques chez un partenaire de la même espèce (récepteur).

La phéromone permet de transmettre des informations différentes (sexuelles, maternelles, pistage ou d’agrégation) chez les insectes.

Le rôle des antennes chez les insectes

Les antennes des insectes servent à communiquer entre eux. Ce sont des organes sensoriels posés sur la tête. Elles ont une très grande utilité pour l’odorat, le toucher et le goût grâce à la présence de sensilles sur les antennes (qui sont de très nombreux neurones sensoriels qui détectent les fameux stimuli : odorat…). Les antennes servent à capter toutes les molécules odorantes dans l'air ambiant. L'odorat est de loin le mode de communication le plus usité chez les insectes.

Quelles types de phéromones chez les insectes ?

Il existe 6 principaux types de phéromones chez les insectes : territoire, trace, alarme, sexuelles, espacement et agrégation.

Phéromone de territoire : les hormones sont laissées dans l’environnement de l’insecte. Elles annoncent la délimitation et le marquage d’un territoire.

Phéromone de trace : procédé particulièrement fréquent et important qui sert à baliser les pistes et chemins empruntés surtout chez les insectes sociaux notamment chez les fourmis.

Phéromone d’alarme : l’insecte blessé ou agressé, envoie un signal d’alarme afin d’avertir ses congénères et de déclencher ainsi la fuite. Celle-ci met toute la colonie en état d’alerte chez les abeilles si l’une d’entre-elles est agressée ou si un individu s’approche trop près de la ruche.

La phéromone sexuelle : induit directement une attirance sexuelle d’un insecte à un autre issu de la même espèce. Elle prévient de la disponibilité des femelles pour la fécondation. Cette phéromone peut être repérée à une dizaine de kilomètres, par les papillons par exemple. Ces phéromones sont principalement émises par les insectes femelles pour signifier leur disposition à être fécondées par leur partenaire mâle.

La phéromone épidéictique : différente de la phéromone de territoire. La femelle qui pond envoie un signal à ses congénères et voisines de ponte indiquant sa zone de ponte. Elles sont déposées dans des lieux fixes et restent actives un certain temps (de la ponte jusqu’à l’éclosion de l'œuf).

La phéromone d’agrégation : elle attire des individus de la même espèce vers des lieux spécifiques pour se nourrir ou se reproduire. Elle a été repérée chez certains insectes grégaires (qui vivent en communauté ou en groupe) comme les punaises de lit, les blattes, les abeilles…

Bio-contrôle grâce aux phéromones

La lutte contre les insectes nuisibles et ravageurs ne doit pas passer uniquement par des traitements chimiques lourds de conséquences pour notre environnement. La science nous permet de tirer profit de ce que la nature nous offre. C’est le cas dans le domaine de l’agriculture par exemple et de la désinsectisation. Les phéromones de synthèses sont des outils de bio-contrôle dans le cadre de la lutte biologique raisonnée contre les nuisibles ravageurs ou non. L’importance des phéromones réside dans le traitement des cultures et de la désinsectisation sans aucun ajout de pesticides. La prise de conscience collective de l’impact de l'utilisation parfois abusive des produits phytosanitaires dans notre écosystème, pousse les scientifiques à réfléchir sur une autre façon de penser et de préserver notre belle planète bleue.

Pourquoi utiliser les phéromones ?

Cette alternative à la chimie est de plus en plus utilisée chez les professionnels et les particuliers désireux de mettre en place une lutte biologique et raisonnée. A ce jour, la phéromone sexuelle de synthèse est très prisée car le consommateur et le professionnel sont très conscients qu’un autre schéma est possible. La limitation de l’utilisation des produits biocides prend alors tout son sens. L’essentiel pour ces utilisateurs est de limiter au maximum l’impact nocif de la chimie sur notre écosystème.

Les phéromones sont reproduites et développées dans des laboratoires par biomimétisme (le principe, grâce à cette technique innovante, est de créer, “copier” et développer scientifiquement une substance “leurre”, c’est le cas qui nous intéresse ici). Ce “leurre” sert à lutter efficacement et écologiquement contre les nuisibles.

L’idée est de reproduire et de diffuser des phéromones de synthèse de la femelle, qui vont naturellement attirer le mâle et le piéger. Le but de l’opération est donc de casser le cycle naturel de reproduction en limitant la possibilité à l’insecte de se reproduire.

L’avantage du piège à phéromone est de permettre d’attirer un insecte cible, par exemple des lépidoptères (papillons) ou des diptères (mouches) pour ne citer qu’eux évidemment. Le piège est composé d’un diffuseur de phéromone de synthèse sous forme de capsule qui va attirer et piéger le mâle.

L’agriculture, le maraîchage et l’arboriculture utilisent depuis de nombreuses années cette technique innovante et écologique. Les pièges doivent être placés en amont, dès le printemps pour les premiers vols nuptiaux. La durée de vie d’un piège est de 6 semaines environ, en fonction du piège et de l'espèce ciblée.

Cette technique donne également de bon résultat lors d’une désinsectisation de punaises de lit par exemple, ou pour tout autre type d’insecte. Le piège consiste à détecter la présence de la punaise mâle qui est attirée et sort de sa cachette pour être immobilisée dans le piège à phéromones.

Pourquoi utiliser des pièges à phéromones ?

Le fameux piège à phéromones est intéressant car il ne détruit pas les insectes non cibles comme les pollinisateurs par exemple et pour ne citer qu’eux. Le piège comprend bien souvent une plaque de glu et des cartouches ou des sachets de phéromones de synthèse.

La confusion sexuelle engendrée par la phéromone de synthèse dans le piège va déstabiliser le cycle de reproduction des insectes. Ces leurres ont donc le rôle d’appât de l'insecte mâle. Le piège est constitué d’une plaque de glu qui va piéger le mâle qui y terminera sa course.

Quand utiliser les pièges à phéromones ?

En fonction de l’espèce à piéger, il faudra analyser son cycle de reproduction et c’est à ce moment-là qu' il faudra mettre en place cette lutte par piégeage. Par exemple pour les chenilles processionnaires du pin la période s'étend de début juin à fin septembre.

Pour les chenilles processionnaires du chêne de mi-juillet à mi-octobre.

En général, la période idéale est au début du printemps pour les insectes, à l’occasion des vols nuptiaux par exemple en fonction des espèces (mouches, papillons, mites …). Cette phase cruciale correspond à la période de reproduction des insectes.

Différents exemples de pièges à phéromones pour lutter contre les insectes ?

Lors de la mise en place de ses différents pièges, il est important de suivre le mode d’emploi. Même si les phéromones ne sont pas dangereuses, il est important de ne pas les toucher directement avec vos doigts pour ne pas perturber et brouiller le message chimique de celui-ci.

Il faudra être vigilant aussi à son stockage, sa date de mise en place pour une efficacité optimale, sa durée d’action, sa hauteur d’installation.

Pour les mites ou pyrales :

Pour les mites alimentaires ou mites du vêtement, le principe reste le même. On attire les insectes mâles dans un piège grâce à une phéromone sexuelle synthétique, les insectes mâles pénètrent dans le dispositif et restent bloqués ou collés à une plaque de glu. L'objectif est atteint , plus de mâles donc plus de reproduction de l'espèce.

Pour les chenilles processionnaires du pins :

Pièges avec phéromone qui va perturber l'activité sexuelle et de ce fait la reproduction des insectes nuisibles. Cette technique permet avec d'autres actions de réduire la présence d'année en année les bio-agresseurs. Ces dispositifs saturent dans l'atmosphère des phéromones de synthèse similaires à celles produites par les femelles attirant et désorientant les mâles de leur partenaires. Les mâles n'arrivent plus à localiser les femelles et ne peuvent plus s'accoupler.

Pour la protection des végétaux et arbres fruitiers :

piège avec émission de phéromones

Des pièges sous forme de “abri-maisonnette” comprenant une boîte résistante aux intempéries dans laquelle une capsule diffuse des phéromones et un plaque de glu au sol.

Les mâles attirés se collent sur la plaque engluée. Les papillons ravageurs sont alors capturés avant fécondation. La phase larvaire de ces papillons ne verra plus le jour et de ce fait vos fruits ne seront pas détériorés par les vers.

En savoir plus